Le dur désir de durer de Nina Bouraoui

Par Ursula Del Aguila – Têtue.com, 29 mars 2010

Le nouveau livre de Nina Bouraoui est dans les librairies
depuis quelques jours. Quintessence de son oeuvre, il livre les clefs de
son rapport au désir en un patchwork de moments (enfance, parents,
amours), de notes sur ses chocs esthétiques, bref une sorte de carnet de
voyage de son monde dominé par le désir. TÊTUE a rencontré cette douce
esthète du verbe amoureux…

Le désir, c’est d’abord le
corps, comme l’écrit de sa plume mi-cérébrale mi-organique Nina
Bouraoui. Et son dernier livre «Nos baisers sont des adieux» ne déroge
pas à la règle, qui dresse «la liste des hommes, des femmes, des images,
des sensations, des oeuvres d’art» qui ont construit l’auteure.

Quintessence
de son oeuvre, il livre les clefs de son rapport au désir en un
patchwork de moments (enfance, parents, amours), de notes sur ses chocs
esthétiques, bref une sorte de carnet de voyage de son monde dominé par
le désir. Car voir et décrire le monde, c’est le désirer, pour Nina qui
explique, dissimulée dans l’ombre du bar du Lutétia, «Je suis une
amoureuse de la force de vie qui passe dans le désir ; se sentir
vivante, c’est ma réponse à la mort, mon angoisse fondamentale contre
laquelle j’écris».

Son écriture réinvente inlassablement le désir et l’enfance
La
difficulté de l’écriture est alors semblable à celle de l’amour:
réinventer inlassablement ses souvenirs. Et l’auteure excelle quand elle
se laisse aller à décrire l’attente, le chagrin, la rupture, la chair,
avec son coeur, son honnêteté, son désir pour les femmes de sa vie, elle
qui a fait figure de pionnière en assumant son homosexualité dans son
livre La Vie heureuse (2002). Bien sûr les choses ont changé,
elle l’a remarqué: «les femmes sont plus fortes, mais le monde est
encore aux mains des hommes. Beaucoup de femmes homosexuelles le cachent
encore, or plus il y aura d’exemples, plus ce sera visible. C’est
énorme, quand on commence à en parler, à se confier, y’en a partout. Je
ne veux pas faire ma lesbienne de service, mais des femmes qui ont été
des enfants lesbiennes, des ados lesbiennes et des femmes adultes
lesbienne, y’en a partout. J’ai reçu des tonnes de courriers, je sais
qu’il ne faut pas fuir; on a tellement besoin de repères culturels, de
modèles. Je vois encore autour de moi trop de gens qui n’osent pas
dire.»
 
Ecrire pour recouvrir l’angoisse de mort
Ecrire
pour Nina Bouraoui, c’est aussi plus largement tenter de recouvrir une
angoisse infantile primordiale liée à la mort, même si elle reconnaît
que, lors d’un deuil, les pulsions de vie sont exacerbées: «C’est vrai
qu’on a souvent envie de faire l’amour, quand on perd quelqu’un. Et
l’angoisse de mort se dissipe beaucoup quand on tombe amoureux, elle
n’existe plus, on frôle l’éternité». Car, pour elle, le désir ne peut
être qu’un «dur désir de durer», comme l’avait si joliment écrit Paul
Eluard. Or chacun sait que cet état amoureux s’estompe bien vite pour
laisser place à la densité de l’amour, sa vérité ou sa non-vérité.
Comment alors réinventer ce début quand la difficulté de l’amour est de,
toujours et encore, se renouveler ? Je n’ai pas envie d’être l’éternelle amoureuse
qui court après le sentiment amoureux, mais je suis un peu un coeur
d’artichaut, gentil, pas du tout dans la destruction de l’autre ou de
moi. «En vieillissant, on apprend à mieux aimer, à transformer
les amours. » Puis elle ajoute coquine: «Je suis une fille d’histoires,
pas d’aventures !». Ursula Del Aguila

Nos baisers
sont des adieux
de Nina Bouraoui, Editions Stock, depuis
le 24 mars en librairie.

Publicités
Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Le dur désir de durer de Nina Bouraoui

  1. Elle dit :

    Ah, la belle Nina ! Voilà le livre à se procurer de toute urgence et à lire sans modération ! Mais avant comment ne pas se sentir en phase avec ses propos et notamment le dernier paragraphe où elle évoque cette dualité entre le désir et la mort ou l\’angoisse de celle-ci. On ne peut que s\’y retrouver et ses propos rassurent quant à nos réactions face au deuil, parfois… enfin, ce n\’est que mon avis…

  2. magazelle dit :

    tu as raison ma bellle!de plus je suis dans cette situation!je t\’embrasse fort ma belle et t\’inquiète tant que j\’aurai de l\’énergie je me battrai!Magazellle

  3. Cristolinette dit :

    En ce moment, je lis " Mes mauvaises pensées " …. hasard quand tu nous viens nous prendre la main ….

  4. NATEKA dit :

    Plus elle avance, plus elle assume ouvertement son orientation sexuelle et quel beau modèle positif auquel avoir envie de s\’identifier…J\’aime beaucoup cette formule " je suis une fille d\’histoires pas d\’aventures" ….Par contre moi cette envie de faire l\’amour en période de deuil non franchement je n\’ai jamais ressenti …mais je vois ce qu\’elle veut dire et le lien entre le désir de vivre et la fréquentation de la mort me semble évident aussi . Bon tout se discute mais Nina Bouraoui et moi (chut : Nat\’ en est un peu jalouse ) c\’est une histoire de désir aussi : celui de lire ses livres et de rencontrer son sourire et ses yeux un jour !!

  5. Elle dit :

    Salut NatekaVivi chut:…. Lol ! Pour avoir eu la chance de la voir au salon du livre, je confirme… waouh, le regard et le sourire… irresistible ! Mais Nath n a rien a lui envier… donc, no souci ! Pour revenir sur ses propos sur le desir et le deuil, pour moi, au contraire, faire l amour en periode de deuil m a evite sur le moment de sombrer et m a maintenue vivante… comme quoi chacun ressent les choses ou plutot les urgences et moyens de survivre differemment. Je suis donc completement en phase avec ses dires. Cela dit, on peut reagir d une certaine facon a un moment M et totalement autrement a d autres moments. On ne peut jamais rien affirmer definitivement. Ah, nous sommes des petits etres bien compliques…Allez, haut les coeurs. Pas question de plomber l ambiance, non mais. Aussi je vous souhaite un bon long we pascal et vous dis a bientot pour nos petites news habituelles.Gros bisous a toutes les deux et a mlle YokoA.

  6. Elle dit :

    Hello CristolinetteJ attends avec impatience ton avis sur le bouquin. C est celui que j ai prefere… et en plus le mien est dedicace ! Lol.Bonne lecture et a tres viteBisousA.

  7. Cristolinette dit :

    Et bien, lecture terminée au bout de 2 jours ….. c\’est te dire si j\’ai dévoré ce livre, envoutant, un peu dur parfois mais comme tous ses livres, très bien écrit, avec un ton juste …… GRRRR, je t\’envie ton exemplaire dédicacé ….. moi, c\’est un emprunt bibliothèque !!!!!

  8. Elle dit :

    Je suis ravie, Cristolinette, que tu aies devore le bouquin ! Et pas etonnee. Allez, il te reste plus qu a guetter les prochaines dedicaces de la miss ou peut etre le prochain salon du livre. Quant a moi j attends de rentrer a Paris pour pouvoir enfin acheter le dernier… bien joli d en parler et de ne pouvoir le lire… LolBon we pascal,Bises

  9. . dit :

    Vous me donnez envie de découvrir le monde secret de Nina Bouraoui. Je vous dirai.

  10. Elle dit :

    Bonsoir DanièleUn monde à découvrir sans modération… J\’ai hâte de lire vos impressions. Et surtout je vous recommande "Mes mauvaises pensées", j\’ai personnellement adoré ! Celui-ci, je ne l\’ai pas encore acheté, donc ne peux en parler pour l\’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s