Caroline Mécary : Mon engagement sur la liste d’Europe Ecologie est le prolongement naturel d’engagements que j’ai toujours eus

Caroline
Mécary, avocate qui a plaidé d’importants dossiers LGBT ces dernières
années, est candidate d’Europe Ecologie dans le Val-de-Marne. Elle
répond aux questions d’E-llico et explique les projets de sa liste pour
la communauté LGBT.

E-llico : Vous êtes une avocate connue de la communauté LGBT pour
plaider des dossiers très sensibles sur l’égalité des droits,
l’homoparentalité, les violences lesbophobes, pourquoi avoir choisi de
prolonger ce combat juridique sur le terrain politique ?

Caroline Mécary : Mes engagements et ma pratique professionnelle
englobent les questions LGBT et vont au-delà car ce qui me passionne
avant tout c’est la question de la Justice et de sa place dans la
société.

Par exemple, j’ai été l’un des avocats des sans papiers expulsés de
l’Eglise Saint Bernard. Je participe actuellement aux Etats généraux de
la justice, qui regroupe tous les professionnels du droit qui sont
aujourd’hui mobilisés notamment contre la suppression du juge
d’instruction, voulue par le Président de la république, dans un but
idéologique évident. Enfin, depuis 2 ans, j’anime la fondation
Copernic, think tank de gauche, qui fait le trait d’union entre toutes
les composantes de la gauche, connue pour avoir lancé la mobilisation
contre le TCE ou plus récemment mis sur la table la question de
souffrance au travail et nous lançons actuellement un appel sur la
réforme des retraites avec ATTAC.

Parallèlement j’ai toujours eu, dans mon métier d’avocate, une
approche politique du droit, car le droit est éminemment politique :
les lois sont votées par des majorités au Parlement et elles sont tout
sauf neutre : exemple, la loi sur le racolage passif ou le projet de
limitation la prescription en matière d’abus de bien social, qui sont
des choix idéologiques de la droite. De sorte que mon engagement sur la
liste d’Europe Ecologie est le prolongement "naturel" d’engagements que
j’ai toujours eus et qui vont bien au delà des questions LGBT car cela
fait des années que je porte un regard critique sur les mesures
idéologiques qui sont adoptées à droite libérale.

Et pourquoi avec Europe Ecologie ?

Europe Ecologie est un rassemblement unique, singulier et donc
original, qui regroupe à la fois les Verts et des personnalités venues
de différents horizons associatifs, qui ont mené des combats que l’on
ne qualifie pas de politique, mais qui pourtant le sont, car ils ont
pour objet de modifier certaines manières de voir dans la société.

L’analyse politique effectuée par Europe Ecologie sur les questions
sociales, économiques et environnementales et les réponses proposées,
globales, concrètes, proches des citoyens me correspondent fortement,
puisqu’il s’agit d’impulser un changement de société en replaçant le
citoyen au centre des choix qui sont effectués et non la loi du profit
qui broie une grande majorité de citoyens, tout en tenant compte des
questions environnementales qui sont totalement liées à la façon dont
nous appréhendons notre place dans le monde.

En quoi la région – plutôt que l’Assemblée Nationale par exemple
– vous semble-t-elle le bon échelon politique pour mener les combats
sur les questions LGBT ?

La région a la possibilité d’agir concrètement sur les
problématiques d’égalité des droits. Cet enjeu est au centre de toutes
les propositions d’Europe Ecologie pour le gouvernement des régions et
donc y compris sur les questions LGBT.

Ainsi, il est possible d’agir au niveau du personnel du conseil
régionale IDF, au niveau de la formation ; de même il est possible de
conditionner les aides et les subventions à des engagements concrets
d’égalité de traitement quel que soit le critère (age, sexe, race,
handicap etc).

Autant de mesures qui au quotidien sont susceptibles de changer la
vie des franciliens. Il n’est qu’à voir les réponses de Cécile Duflot à
l’Inter-LGBT.

J’ajoute que l’action régionale n’exclut nullement l’action
nationale et sur ce point, je souhaite participer à la création d’un
groupe de députés Europe Ecologie important à l’Assemblée Nationale,
car l’échelon national, est un échelon qui permet de peser sur la
fabrication des lois dont la portée peut être très importante :
regardez la loi sur le PaCS et les transformations symboliques qu’elle
a entrainée.

Les socialistes qui dirigent la région Ile-de-France depuis 12
ans ont accordé des subventions aux associations LGBT et de lutte
contre le sida, aux structures et événements gays, entrepris des
actions de prévention de l’homophobie. En quoi Europe Ecologie
apporte-t-elle des propositions innovantes dans ce domaine ? Autrement
dit, quelles peuvent être les bonnes raisons pour un homosexuel de
préférer voter Europe Ecologie plutôt que le PS ?

Ce qui a été fait en Ile-de-France est le fruit d’une politique qui
a été menée par la majorité de gauche à laquelle les Verts ont
largement contribué, ce qui a été fait est positif, mais il convient
d’aller plus loin en travaillant plus particulièrement sur la question
de l’homophobie au travail et de l’homophobie à l’école.

Les compétences de la région, aussi bien en matière de formation,
de subvention des associations qui auront pour objet de faire de la
prévention, par rapport aux discriminations d’une façon générale dans
les lycées, sont des leviers importants de lutte contre cette
situation.

Au-delà de cette réalité, je pense que ce qui fait la différence
avec le PS, c’est que nous envisageons la direction de la région d’une
façon globale et non par secteurs, car nous pensons que tout se tient.

Lorsque nous proposons par exemple la rénovation de logements
sociaux afin de réduire par deux la facture énergétique de ceux qui y
habitent par deux, nous ouvrons pour une égalité de traitement entre
les différents franciliens, mais nous ouvrons aussi pour la création
d’emplois qui sont durables et non délocalisables, et enfin, nous
permettons par une telle mesure de lutter contre le réchauffement
climatique etc.

Vous vous présentez en banlieue et les banlieues, les cités sont
précisément un espace où l’homophobie se manifeste – parfois avec
violence – de manière particulière par rapport notamment aux grands
centres urbains où la tolérance a progressé. N’est-il pas temps de
prendre ce problème à bras le corps et comment ?

Le hiatus qui existe entre ce qui peut se passer à Paris et dans
les banlieues est une réalité trop souvent ignorée, c’est pourquoi je
suis heureuse d’être candidate dans le Val de Marne.

J’ai été particulièrement frappée de cette situation lorsque j’ai
défendu Cynthia et Priscilla, deux jeunes femmes vivant ensemble à
Epinay-sous-Sénart, qui ont été victimes à la fois d’injures à
caractère homophobe et de violences physiques consécutives.
Mes deux clientes ont été contraintes de déménager pour avoir la
paix. Qui peut imaginer aujourd’hui, qui peut même tolérer aujourd’hui
de devoir déménager simplement parce que l’environnement de proximité
vous est hostile ?

Je crois qu’il convient d’agir au moins à deux niveaux : d’une
part, il est impératif que, sur le plan national, nous ayons un
positionnement clair et que nous revendiquions haut et fort un
traitement égalitaire sur le plan des textes législatifs avec
l’ouverture du mariage et l’adoption, car symboliquement cela
renverrait ceux qui ont la tentation de comportements ou de propos
homophobes dans une zone d’illégalité, ce qui n’est déjà pas rien.

Par ailleurs, l’homophobie en banlieue, liée aussi à la question du
sexisme, est un symptôme d’un retour en arrière, qui selon moi un
désengagement de l’Etat et une situation économique désastreuse.

L’accès à l’emploi étant de plus en plus difficile et cela entraîne
un cercle vicieux : les parents ne sont plus des repères des enfants et
l’école ne peut pallier tous les déficits parentaux. Nombreux sont les
adolescents en déshérence, parce que depuis des décennies les choix
politiques de la droite ont détruit le tissu économique ce qui se
traduit par un désengagement de l’état dans tous les secteurs :
l’industrie, les services publics de l’école ou de la santé.
C’est sur les décombres de ce désengagement de l’Etat qu’ont
émergé des zones de non droit, des zones hors la Loi, qui favorisent la
prééminence de la loi du plus fort ou de la loi de Dieu (j’y inclus
toutes les croyances).

Pour lutter contre cette situation, nous devons d’abord rappeler
les interdits et sanctionner s’il le faut, mais cela serait inutile et
contreproductif si parallèlement nous n’oeuvrons pas impérativement
pour que l’école redevienne un lieu de formation républicaine et pour
cela nous devons trouver les moyens d’encadrer les élèves et non pas
réduire le nombre d’effectifs et remplacer les surveillants par des
caméras, car aucune caméra n’a jamais arrêté aucune violence.

Nous devons en parallèle redonner des emplois et a cet égard le
projet politique d’Europe écologie est créateur d’emplois (plus de
17.0000) ; des emplois qui s’inscrivent dans la durée et qui se
trouvent sur notre territoire (de la rénovation urbaine et énergétique
en passant par la conversion de l’agriculture et la rénovation et
réorganisation des transports nous pouvons mettre en route un cercle
vertueux).E-llico.com

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Caroline Mécary : Mon engagement sur la liste d’Europe Ecologie est le prolongement naturel d’engagements que j’ai toujours eus

  1. NATEKA dit :

    Coucou,J\’adore Caroline Mécary ( j\’ai pas dit Europe Ecologie n\’est ce pas ? ) et je te/vous rappelle qu\’elle a été élue FAME2009 par les FRac…Certes celà n\’a pas fait la une des journaux !!Bises,Karine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s