Mariage gay : procès décisif devant la justice fédérale américaine

Opposants
et défenseurs du mariage homosexuel en Californie se retrouvent face à
face ce lundi à San Francisco, lors d’un procès fédéral décisif qui
pourrait au final sceller l’avenir des unions gay sur l’ensemble du
territoire américain.

Les plaignants contestent la Proposition 8, dont l’adoption en novembre
2008 par 52% des Californiens avait annulé la décision de la Cour
suprême de l’Etat d’autoriser les unions homosexuelles, au motif que
leur interdiction constituait une discrimination.

En octobre dernier, le juge fédéral Vaughn Walker avait estimé que
la plainte des défenseurs du mariage gay était recevable et que la
question avait sa place dans une cour fédérale, ce que ses opposants
contestent.

"Cette plainte est une tentative du juge Walker de faire un procès
aux électeurs de Californie, et c’est un tort", déclare à l’AFP Brian
Brown, directeur de l’Organisation Nationale pour le Mariage (NOM),
l’un des farouches opposants au mariage gay.

Pour les défenseurs des unions homosexuelles, le procès, qui sera à
la demande du juge Walker retransmis en direct sur le site de partage
de vidéos YouTube, sera l’occasion de faire acte de pédagogie.

Le procès, qui devrait durer deux à trois semaines, sera néanmoins
diffusé en différé avec un délai pouvant aller jusqu’à une journée et
les témoins qui ne veulent pas apparaître à l’écran pourront demander
que leur visage soit masqué lors de la retransmission.

"Ce à quoi nous allons assister, la semaine prochaine, c’est à un
examen précis des prétextes avancés pour discriminer les homosexuels",
déclare à l’AFP Jennifer Pizer, directrice du projet Mariage National
de l’association Lambda Legal, qui défend les droits LGBT.

"Les défenseurs de la Proposition 8 vont devoir apporter des
preuves pour justifier le fait de nous avoir enlevé nos droits",
ajoute-t-elle.

"La discrimination fait mal et elle n’aide personne", dit-elle.
"Le procès donnera une chance au public d’écouter des experts des deux
bords".

Jennifer Pizer croit par ailleurs beaucoup dans les deux stars du
barreau choisies par les plaignants, Theodore Olson et David Boies, qui
font équipe après s’être opposés dans le procès entre George W. Bush et
Al Gore sur le résultat controversé de l’élection présidentielle
américaine en 2000.

Theodore Olson, qui défendait Bush, appartient aux rangs
conservateurs et Jennifer Pizer pense que "son plaidoyer pour un
traitement équitable des couples gay et lesbiens atteindra les oreilles
et le coeur de beaucoup de gens qui n’ont pas saisi ce problème
auparavant".

Mais le procès n’est pas sans risques pour les anti-Proposition 8.
Car comme le souligne Brian Brown, "personne aux Etats-Unis ne pense
que cette affaire va se terminer à ce niveau. Cela se finira devant la
Cour Suprême".

Or une décision de la Cour suprême scellerait le sort des unions
homosexuelles sur l’ensemble du territoire américain, sans possibilité
de recours pour l’une ou l’autre des parties.

Le procès constitue donc pour les "pro-mariage" un va-tout que plusieurs associations homosexuelles ont dénoncé. (E-llico.com)

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s